© Franz Pfluegl - Fotolia.com
Une augmentation sensible s'annonce chez les principaux organismes d'assurance en 2011. Selon Les Echos du mardi 14 décembre, l'assurance multirisques habitation, par exemple, va grimper entre 3,5 et 7 % dès le 1er janvier. Cette hausse est expliquée par une recrudescence des sinistres entre 2009 et 2010. Saisi du dossier par les organismes des consommateurs, Bercy contre-attaque. Une vérification du bien-fondé de cette majoration est en cours.

Les principales compagnies d'assurance en France se disent menacées par un « déséquilibre technique ». En cause, les événements climatiques « exceptionnels » qui ont sillonné la France les deux dernières années : tempête Klaus, Xynthia, inondations dans le Var ou encore les orages de grêle dans le Doubs. A priori, la hausse des tarifs qui se profile à l'horizon 2011 ne serait même pas suffisante pour couvrir les dépenses d'un nouveau sinistre naturel. Et pourtant, le ministère des Finances et les associations de consommateurs doutent du bien-fondé de ces augmentations, trop élevées selon certains experts. Ainsi l'assurance-habitation à la Maaf subit en moyenne une hausse de 3 %**, de 3,1 %* chez Matmut, de 3,3 %* chez Axa, entre 3,3 et 4,3 %* chez Aviva, de 3,5 % à la Maif, de 4 %* chez MMA et de 4,6 %** à la Macif. Cette majoration est encore plus sensible en assurance multirisques habitation, avec +7 % chez Axa (indice FFB compris), +4,6 % à la Macif, +4 %* chez MMA, +3,5 % à la Maif et +3 %** à la MAAF.

Bercy contre-attaque

Même justifiées par une forte « sinistralité », c'est-à-dire la proportion de sinistres par rapport au nombre d'assurés, ces hausses paraissent supérieures à l'inflation. Aussi, dans un récent communiqué du ministère des Finances, Christine Lagarde souhaite « en avoir le cœur net ». Elle a donc mis sur la piste la Direction du Trésor et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). La ministre rappelle par ailleurs que la loi Chatel impose aux assureurs d'informer les souscripteurs sur les majorations éventuelles lors de la reconduite tacite de leur contrat. Bercy doute en effet que cette loi se soit toujours appliquée et pour le vérifier, le ministère a demandé une réunion du Comité consultatif du secteur financier. Les conclusions de l'enquête devraient être rendues  fin février. Si elle donne raison aux assureurs, la facture des ménages promet d'être salée fin 2011 : l'assurance-auto et l'assurance-santé augmenteront aussi.

* Hors indice de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) qui s'établit à 3,7 %

** Hors indice Insee du coût de la construction qui s'établit à 1,4 %

Bon à savoir : Ne vous arrêtez pas aux principales compagnies d'assurance. Demandez un devis à votre banque ou encore à une société d'assurance directe. C'est le moment où jamais de faire jouer la concurrence !