© cataliseur30 - Fotolia.com
En hiver, le froid, le vent et la neige sévissent. Autant de facteurs qui multiplient les risques de sinistre dans votre logement : gel de canalisations, effondrement de toiture, incendie de cheminée… Or même si vous disposez d’une assurance habitation, sachez que certains dégâts causés par un mauvais entretien sont susceptibles d’être moins bien pris en charge. Voici donc une liste des principales précautions à prendre pour économiser temps et argent, et passer une saison sans danger…

Un contrat MRH (multirisques habitation) contient un certain nombre d’obligations que l’assuré doit suivre à la lettre s’il veut être correctement remboursé en cas de sinistre. Lisez-le donc bien, histoire de ne pas avoir de mauvaises surprises. Rappelez-vous que le montant d’une indemnisation est soumis à la franchise, au plafond de garantie, mais aussi à la vétusté du bien endommagé. Un désagréable pourcentage de dépréciation sera en effet appliqué s’il n’a pas été suffisamment entretenu…

La protection des canalisations

Un éclatement de canalisation n’est pas rare en hiver. Même si l’on n’habite pas dans une région particulièrement rude. Et il s’agit d’un sinistre coûteux et embarrassant qui peut provoquer un dégât des eaux. Aussi, isolez au mieux (il est possible de le faire soi-même) les canalisations les plus exposées au froid, comme celles du garage ou de la cave. En cas d’absence prolongée, vidangez.

La révision de la chaudière

Une chaudière doit être révisée tous les ans par un professionnel : question de sécurité. La démarche vous permettra de plus de disposer d’une installation plus économe. Elle est à la charge du locataire (comptez environ 50 euros), tout comme les petites réparations (conservez bien le contrat d’entretien et les certificats de contrôle). Attention : le remplacement d’un appareil hors service est pris en charge par le propriétaire à la seule condition qu’un défaut d’entretien ne soit pas à l’origine de la panne. L’assureur agira de même en cas de sinistre.

Le ramonage de la cheminée

Ceux qui se chauffent au bois doivent également faire ramoner les conduits chaque année (obligation de l’effectuer deux fois par an dans certains départements). Une cheminée trop encrassée peut en effet rapidement engendrer un incendie aux conséquences parfois catastrophiques. C’est la raison pour laquelle la plupart des contrats d’assurance exigent ce type d’entretien. Il est à la charge du locataire.

Le contrôle de la toiture

En cas de chutes de neige, n’hésitez pas à enlever un amas qui menacerait la solidité du toit. Profitez-en d’ailleurs pour vider les gouttières. Et vérifier qu’aucune branche d’arbre ne puisse s’abattre sur la toiture : beaucoup de contrats contiennent cette obligation.

Bon à savoir : Certaines communes ou assurances demandent aux riverains de dégager la neige ou le verglas de leur trottoir. Votre responsabilité pourrait être engagée en cas d’accident.