© Gennadiy Poznyakov - Fotolia.com
Pour financer ses études (frais de scolarité, logement, ordinateur, livres, voiture,…), un étudiant peut recourir à un prêt spécifique. Il en existe deux différents : le prêt étudiant garanti par l’Etat, et le prêt étudiant bancaire classique. C’est ce dernier que nous allons étudier ici. Il s’agit d’un crédit à la consommation (aucune justification de dépenses à faire) qui dispose d’un taux préférentiel et se rembourse à la fin de la formation…

Pour bénéficier d’un prêt étudiant, il faut avoir entre 18 et 30 ans et être, bien sûr, étudiant. La banque vous demandera donc un justificatif (carte d’étudiant ou certificat de scolarité), mais aussi l’ouverture d’un compte-courant s’il ne s’agit pas de votre établissement habituel. Elle réclamera également une caution parentale (ou celle d’un tiers). Remarque : ce type de crédit est relativement facile à obtenir (si de bonnes conditions sont réunies) car les banques misent sur le fait que vous deviendrez, à terme, leur client.

Quel montant ?

Le montant d’un prêt étudiant varie entre 1 000 et 30 000 euros. Cela dépend de l’établissement sollicité, de vos besoins, de la durée de vos études, et des ressources de votre caution. Il faut aussi préciser qu’on vous prêtera davantage si vous faîtes une grande école ou êtes en 3ème cycle.

Quel taux d’intérêt ?

Les taux d’intérêt des prêts étudiants sont très intéressants : entre 3 % et 6 %. Pour les comparer d’un établissement à un autre, regardez le TEG (taux effectif global, qui prend en compte les intérêts, l’assurance et les frais divers).

Quelle durée ?

La durée d’un prêt étudiant peut aller jusqu’à 10 ans. Elle est calculée selon le montant emprunté et la durée des études.

Comment se passe le remboursement ?

Un prêt étudiant a la particularité de se rembourser en deux étapes : une première phase de franchise, qui s’étale sur 2 à 6 ans, et une seconde, dite « d’amortissement », dont la durée est conditionnée par la précédente.

- La franchise (phase de différé) permet de limiter temporairement le remboursement, histoire d’avoir le temps de terminer ses études, de trouver un emploi, et d’avoir des revenus pour honorer ses mensualités. Elle peut être totale (vous ne remboursez rien mise à part l’assurance) ou partielle (vous ne remboursez que les intérêts et l’assurance).
- Vient ensuite le remboursement du capital, à la fin de vos études.

A noter : un remboursement anticipé partiel ou total sans pénalité est possible avec un prêt étudiant, comme prévu par la loi Scrivener.

Bon à savoir : Si vous pouvez vous le permettre, mieux vaut opter pour une franchise partielle : une franchise totale augmentera en effet le coût total de votre prêt car vous paierez avec elle des intérêts sur le capital emprunté, mais aussi sur le capital reporté.