© ATELIER DIX7 - Fotolia.com
Au moment de la rentrée, de nombreux Français se ruent vers les magasins pour faire "le plein". Objectif : faire des économies. Les dépenses peuvent être importantes, et certaines personnes n'ont pas la trésorerie nécessaire au bon moment. Pour pallier ce problème, il reste toujours la solution du crédit.

Il existe plusieurs possibilités de crédit. Certaines enseignes proposent des cartes de fidélité / réserve d'argent. Celles-ci permettent de faire de petits crédits qui peuvent s'avérer bien utiles au moment de la rentrée. Elles donnent aussi parfois la possibilité de payer les achats en plusieurs fois. Attention toutefois : les taux d'intérêts pratiqués peuvent s'avérer élevés. Mais ce type de crédit peut être une solution ponctuelle.

Le créDIT CONSO

Les organismes de crédits consommation proposent en général des offres spéciales au moment de la rentrée. Il est donc possible de contracter des crédits conso avec des taux fixes assez bas durant plusieurs mois. Ces taux exceptionnels peuvent parfois ce rapprocher des taux pratiqués par les banques classiques. Il existe aussi la possibilité de ne commencer à rembourser que plusieurs mois après la date de début de contrat. En résumé, les possibilités sont multiples, il faut donc comparer les différentes offres et choisir la mieux adapter à vos besoins.

Le crédit bancaire

Si votre situation vous le permet, il reste intéressant de faire une demande de prêt classique auprès de votre organisme bancaire. Le taux d'intérêt est souvent moins élevé que pour un crédit à la consommation classique. Pour pouvoir prétendre à ce crédit, il faut avoir des revenus suffisants, et pouvoir en justifier (bulletins de salaires ou déclaration d'imposition). La plupart du temps, il faut aussi pouvoir justifier d'un CDI. En effet, les personnes en CDD, intérim ou encore au chômage auront du mal à accéder à un prêt bancaire classique. Notons toutefois que la décision de votre banquier reste liée à votre relation avec votre banque et surtout à vos antécédents bancaires. Il y a donc des exceptions.