© Yuri Arcurs - Fotolia.com
Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, l’a reconnu lui-même : la suppression de l’Allocation équivalent retraite (AER), intervenue le 1er janvier 2011, était « injuste ». Aussi, le gouvernement a décidé de la rétablir, avec un effet rétroactif au mois de juillet. Elle s’appellera désormais Allocation transitoire de solidarité (ATS).

Un décret qui sera très prochainement publié au Journal officiel créera l’Allocation transitoire de solidarité (ATS) : cette aide destinée aux chômeurs âgés ayant tous leurs trimestres de cotisation mais n’ayant pas encore atteint l’âge légal de départ à la retraite est en réalité une nouvelle version de l’Allocation équivalent retraite (AER), créée par le gouvernement Jospin en 2001 puis maintes fois supprimée et rétablie (ou prolongée) depuis 5 ans.

Depuis sa dernière disparition, le 1er janvier 2011, les syndicats réclamaient son retour. Motif : certains séniors au chômage se retrouvaient dans une grave précarité étant donné que leur âge de départ à la retraite était repoussé à 62 ans avec l’entrée en vigueur de la réforme de 2010 au 1er juillet 2011. Une revendication entendue par Xavier Bertrand : « C’est vrai que c’était une injustice ».

Pour qui ?

L’ATS sera donc versée aux demandeurs d’emploi disposant d’un nombre suffisant de trimestres de cotisation qui sont nés entre juillet 1951 et décembre 1953, qui étaient allocataires du chômage à la date du 10 novembre 2010 (promulgation de la réforme des retraites), et qui auront plus de 60 ans quand leur indemnisation prendra fin. Cela concernera environ 11 000 personnes qui pourront de cette façon être aidées jusqu’à l’âge légal de départ à la retraite sans avoir à se tourner vers le RSA ou l’allocation spécifique de solidarité (d’à peine, dans le meilleur des cas, de 467 euros mensuels).

Quel montant ?

Le montant de cette allocation devrait être identique à celui de l’AER : 33,18 euros par jour pour une personne, soit 995,4 euros ou 1028,58 euros pour un mois. A noter : le dispositif sera rétroactif à partir du 1er juillet 2011. Et il durera jusqu’en 2014.