© Delphimages - Fotolia.com
Se retrouver au chômage est déjà en soi un épisode difficile, mais cela peut également pénaliser le montant de votre pension de retraite ! Continuez-vous à cotiser lorsque vous êtes sans emploi ? Conservez-vous vos droits ? Les conditions sont-elles différentes pour la retraite de base et la complémentaire ? Legouroo.com vous dit tout !

Vous êtes indemnisé ?

Cotiser (c’est-à-dire accumuler des trimestres) pour sa retraite tout en étant chômeur est possible : pour ceux qui furent sans emploi (involontairement) avant le 1er janvier 1980, sachez d’abord que ces périodes d’inactivité sont validées pour la retraite de base. Vous vous êtes retrouvé au chômage après cette date ? C’est un peu plus compliqué et cela dépend surtout de votre situation : si vous êtes indemnisé (allocations Assedic, congé de conversion, congé de reclassement), un trimestre de cotisation est validé tous les 50 jours (consécutifs ou non), dans la limite de quatre trimestres par an.

Vous n’êtes pas (ou plus) indemnisé ?

Si vous ne percevez pas l’ARE (Aide de retour à l’emploi), la première période de chômage est prise en compte pour la retraite dans la limite d’une année. Après, chaque épisode d’inactivité professionnelle est compté dans la limite d’un an, mais à une seule condition : que vous sortiez d’une période de chômage indemnisée (autrement dit, que vous ayez épuisé vos droits à indemnisation).

Le cas des retraites complémentaires

De nouvelles règles sont appliquées pour les retraites complémentaires Arrco et Agirc depuis 2005. C’est ce que nous allons voir ensemble maintenant. Pour les périodes antérieures, les cas de figures sont multiples et très différents : mieux vaut donc se renseigner directement auprès de votre caisse de retraite complémentaire car il serait fastidieux et quasi-impossible de tout traiter ici…

Ce qu’il faut savoir : vous pouvez obtenir des points de retraite complémentaire en étant au chômage, sous réserve d’être indemnisé (et d’avoir souscrit avant la rupture de votre contrat de travail). Autres conditions : avoir déjà perçu des points auparavant (durant une période d’activité salariée), et être âgé de moins de 65 ans. Ces points sont attribués pour chaque jour pris en charge par l’Assedic (selon un calcul effectué sur la base de votre salaire journalier de référence), ce qui veut dire que les différés d’indemnisation ne sont pas comptés.

Bon à savoir : L’Assedic se charge de transmettre les informations à vos caisses de retraite (une attestation est envoyée une fois par an après le paiement du mois de décembre). Donc, à priori, vous n’avez aucune démarche à effectuer. Cela dit, conservez bien les documents remis par l’Assedic : ils peuvent être utiles ! Notamment si la mention « transmis à la caisse de retraite » n’y apparaît pas : dans ce cas, vous devez vous en occuper…